Dans la même rubrique...

Ils apprennent l’anglais en chantant du hip-hop

Article paru dans Ouest-France le samedi 6 mai 2017

JPEG - 36.1 ko
Jason Elvin a donné un cours d’anglais moderne, décoiffant et innovant devant des 4e ravis par sa prestation.

Quoi de plus stimulant pour des collégiens que d’apprendre l’anglais en musique ? Et qui plus est avec un intervenant américain venu tout droit de New York…

L’initiative

Décoiffant, stimulant, ludique ! Les élèves de 4e du collège Jean-Monnet ne sont pas près d’oublier leur cours d’anglais de mardi.

Leur enseignant a passé le relais à Jason Elvin, un intervenant atypique, dont la méthode d’enseignement est… très originale. Ce professeur new-yorkais est à l’origine de la méthode Fluency MC relax repeat remember (les 3R).

« Elle consiste à dissocier apprentissage et stress scolaire », explique Madeleine Zapata Boxberger de l’association Oremis plaisir d’apprendre, à l’origine de cette rencontre. Introduire le hip-hop en cours d’anglais facilite l’apprentissage mais permet aussi de s’imprégner et de faire disparaître certains complexes.

Une première en Bretagne

Casquette vissée sur un crâne bien rempli, jean, baskets, t-shirt… Avec sa dégaine d’ado, Jason a animé plusieurs ateliers devant les élèves médusés par sa décontraction. Précis et captivant, son cours a fait mouche.

« Nous avons voulu replacer le plaisir au cœur des apprentissages, précise Madeleine Zapata Bixberger. Les élèves sont insuffisamment exposés à l’anglais oral pour leur permettre une bonne maîtrise de la langue qui, à nos yeux est indispensable. »

La méthode de Jason Elvin a fait ses preuves et rencontre un succès mondial sur internet et les réseaux sociaux. Habitué à faire ce genre d’intervention auprès des jeunes, c’était la première fois que l’Américain passait dans la région.

Le hip-hop stimule, efface les blocages et lève les inhibitions. « Les jeunes ont l’impression d’être à un concert et les barrières tombent. Le stress mais aussi la phobie scolaire peuvent être atténués voire effacés », constate le professeur.

En préambule, il se présente de façon humoristique. Dans une ambiance « so cool » le cours commence par une vidéo qui éclaire ses propos.

Les images défilent sur l’écran, l’élève répète avec Jason, les plaisanteries fusent mais on travaille !

Jason est en scène, les collégiens sont acteurs du cours. Fini la prise de tête avec les verbes irréguliers, « les structures sont mémorisées au rythme du hip-hop, les élèves se les approprient et les chantent en dehors des cours. » Pari gagné ! Ne reste plus qu’à adapter cette méthode en classe.