Dans la même rubrique...

La « Cup song » du collège fait du bruit !

Article paru dans Ouest France le mardi 28 janvier 2014.

Au collège Jean-Monnet, deux élèves, Lucille et Mylène en avait déjà fait une petite démonstration à la fin de l’année scolaire, en juin, avec une dizaine de leurs camarades. « On s’était vraiment bien éclatés et ça avait plu à tout le monde  », racontent les deux collégiennes.

Elles sont aujourd’hui en classe de 3e et au début de l’année, elles ont renouvelé l’opération. Steven Huitorel, professeur d’anglais, a saisi la balle au bond. « J’ai trouvé ça intéressant à plusieurs titres et je me suis dit que l’on pouvait faire quelque chose d’intéressant avec ça », dit-il.

Il en parle à certains de ses collègues. Christophe Le Litoux, professeur d’arts plastiques est sollicité pour le logo du gobelet qui comporte aussi le prénom des 105 élèves de 3e. Daniel Morvan, professeur de musique va participer à l’entraînement musical. Et c’est parti ! Tout ce petit monde décide de préparer une vidéo.

« Tout le monde s’entraînait durant les temps libres, après le repas du midi. Dans tous les coins du collège, ça répétait tous les jours  », racontent Erell et Lucille. Erell, Antonia et Déborah sont mises en avant pour le chant. « Nous n’avons eu que des commentaires élogieux sur leurs voix  », explique Steven Huitorel.

Et il y a de quoi ! Après des semaines d’entraînement par petits groupes, le grand jour arrive. En décembre, la vidéo est enregistrée dans le self entièrement vidé de son mobilier.

30000 vues sur internet

Au début du mois de janvier, la vidéo est mise en ligne sur internet. Et aussitôt les choses s’emballent. Après seulement deux jours, le compteur affiche plus de 2000 vues. À la fin de la première semaine, on en est à 5 000. « C’était l’objectif que je m’étais fixé. On avait donc gagné  », dit encore le professeur d’anglais. Mais ce n’est pas fini. Le compteur flirtait vendredi matin avec les 30 000 vues !

« C’est un excellent projet pour les élèves et pour le collège tout entier. Il a contribué à créer une identité collégienne positive. Un collège, ce n’est pas seulement un endroit où l’on note, on évalue, on sanctionne. C’est aussi un lieu de vie  », conclut Steven Huitorel. « Et puis, tous les élèves s’y sont impliqués alors qu’on pensait au départ que certains ne voudraient pas  », assure Lucille.